Que puis-je faire avec un microcontrôleur ?

pointC’est bien connu, les automates sont utilisés dans des millions de systèmes afin de contrôler des processus et des fonctions toujours plus nombreuses. Les automates se trouvent dans des systèmes allant des voitures aux avions ou des imprimantes aux télévisions.  S’il y a un système électronique qui peut être contrôlé, il y a forcément un microcontrôleur quelque part dans le système.

Les automates sont aujourd’hui beaucoup utilisés parce qu’ils sont très compacts. Ils sont au cœur du processeur, ROM et RAM ainsi que les entrées/sorties, qui sont toutes incorporées dans une seule puce. Les circuits sont imprimés sur un semi-conducteur et, comme ils sont tous intégrés, les microcontrôleurs sont fiables, relativement facile à manufacturer et pas chers.

On peut facilement contrôler les systèmes embarqués avec des cartes. En effet, si le système embarqué est conçu pour une seule fonction, il faut juste ajouter le hardware nécessaire pour son fonctionnement. Ces systèmes peuvent être très simples, compacts et peuvent fonctionner sans beaucoup de puissance.

Aussi, avec un microcontrôleur, on peut connecter un capteur et prendre les données d’un système. On peut donc échantillonner les données avec le programme que l’on a créé et selon les résultats, activer une sortie.

Cette sortie peut être de type TOR ou ANA. Les microcontrôleurs permettent de manipuler des données de différents types, et convertir des données TOR en des données ANA et vice versa. Ils peuvent faire des fonctions PWM et aussi communiquer avec d’autres microcontrôleurs via une multitude des protocoles différents.            ANATOR

Cette adaptabilité et leur capacité à communiquer les rendent très versatiles et c’est pour cela qu’ils sont beaucoup utilisés dans les systèmes électroniques.

Pour donner un exemple simple :

– Un système pour mesurer la température et si il fait trop chaud, activer un ventilateur.
– Le contrôler peut en effet lire les données entrant, de type analogue d’un thermomètre.
– Il peut traiter les données pour voir si la température est plus grande qu’une limite spécifiée et si oui, une sortie de type TOR est activée.

Simultanément il peut envoyer les données à un ordinateur, ou un autre contrôleur avec un lien de série et/ou créer une alarme avec sa fonction embarquée PWM, une fonction pour créer les sorties analogiques.

D’autres fonctions peuvent être rajoutées à un système, chose qui peut être simple, ou devenir de plus en plus complexe.

Se pose alors la question suivante : quelle est la limite de microcontrôleurs ?

Laisser un commentaire